Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Encore en 2021, la loi Pinel est toujours disponible et permet aux investisseurs de profiter de ce dispositif, en réduisant d’une manière substantielle les impôts sur le revenu. Pour cela, il est obligatoire de mettre en location un logement acheté récemment, et qui fait partie des zones sous la loi Pinel (zone A bis, A ou B). Cependant, il est important de respecter certains limites de loyers et de cibler que certains profils de locataires.

Que faut il retenir de la loi Pinel ?

C’est grâce à l’article 168 de la loi de finances pour 2021 qu’a pu la loi Pinel bénéficier d’une prorogation jusqu’en décembre 2022. Les années qui suivent cette date vont voir une reconduite pour ce régime, sur les taux de réduction d’impôt d’une manière dégressive. Depuis le 1 er janvier 2021, le régime Pinel va être réservé aux investissements effectués dans des bâtiments situés dans un logement d’habitation collectif, comme l’exige l’article 161 de la loi de finances 2020. En cas d’absence de ce critère, l’administration fiscale ne va pas appliquer la réduction d’impôt Pinel, notamment concernant les villas particulières construites dans une copropriété ou des villas réalisées d’une façon collectives.

La location de logement doit être nue, ainsi que les revenus du locataire doivent être limités à un plafond déterminé par l’article 2 terdecies D de l’annexe 3 du code général des impôts, pour laisser les logements aux ménages moyens. La location est notamment subordonnée au respect de limite de loyers fixés par décret.

Par ailleurs, le logement doit arriver un niveau général de performance énergétique déterminé par l’article 46 AZA octies-0 A attaché à l’annexe 3 du code général des impôts. L’engagement du propriétaire se fixe sur une durée primaire de location entre 6, 9 ans qui peut être prolongée à 12 ans. L’avantage fiscal est progressif et distribué sur toute la période d’engagement, dans le seuil d’un plafond général de 300 000 euros et de 5 500 euros pour le mètre carré :

  • 6 ans de location pour profiter d’une réduction de 12 % ;
  • 9 ans de location pour profiter d’une réduction de 18 % ;
  • 12 ans de location pour profiter d’une réduction de 21 %.

L’expérimentation lancée en Bretagne jusqu’au 31 décembre 2021, permet aux investissements effectués avec une société civile de placement immobilier de profiter de régime Pinel, dans les mêmes critères que ceux effectués par les particuliers, conformément à l’article 164 de la loi de finances. Cette dernière vise de régionaliser l’aide, suivant les avis des instances régionales soumis au préfet de région qui fixe les communes éligibles, sans négliger les plafonds de loyer et de ressources des locataires.

Quels sont les justificatifs d’approbation de locataire ?

Les candidats locataires en année N-2 doivent présenter des justificatifs sur le revenu fiscal de référence. En effet, ce dernier ne doit pas dépasser la limite fixée de ressources pour bénéficier du régime Pinel. Il prend en considération l’élaboration de l’administration fiscale à la date de l’accord du bail de location. A titre d’exemple, en cas d’un bail signé en 2017, le revenu fiscal de référence concerné est celui de l’année 2015 repris sur l’avis d’impôt sur le revenu édité au titre des revenus de 2016.

Le changement des ressources du locataire pendant le bail n’affecte par l’avantage, dans le cas où cette condition a bien été mentionné pendant la signature de l’accord. Les justificatifs à fournir contiennent au même tire qu’une déclaration de revenus, mais aussi joindre les différents documents comme une copie de bulletin d’impôt sur le revenu du locataire de l’année qui précède l’année de signature de l’accord.

Dans le cas de locataires imposés hors de France

Quand le locataire concerné n’est pas contribuable en France pendant l’année mentionnée, il est recommandé dans ce cas de contrôler les ressources avec des justificatifs étrangers. Pour cela, il est important de présenter un bulletin d’impôt sur le revenu, dans l’état où la collectivité produite par l’administration fiscale concernée. En fin de compte, le locataire concerné doit être prêt de vous fournir une attestation d’une différente administration étrangère ou présentée par son employeur. Après la reconstitution des revenues et la conversion en euros, il serait possible de calculer le revenu fiscal de référence équivalent.

Laissez un commentaire